Le château

C’est en 1020 que commença la construction du château de Couhé par Hugues IV de Lusignan. il fut achevé en 1030. Il ne reste de cette époque que les douves, une partie de la tour et quelques caves.

Ce château fut construit à l’origine pour servir de protection avancée aux seigneurs de Lusignan. En effet, Couhé, du fait de sa situation géographique, est un point de friction entre 3 comtés : les comtes de la Marche dont l’origine est le Limousin, les ducs d’Aquitaine dont les seigneurs sont Anglais et les Lusignan.

Pendant la guerre de cent ans, il changea plusieurs fois de propriétaire. D’ailleurs, Geoffroy de Mortemer, seigneur de Couhé, dont la famille succéda aux Lusignan pour la possession du château en 1310, se rangea au début de la guerre de cent ans, du côté des anglais.

A partir de 1500, la seigneurie de Couhé est transmise par alliance à Guichard de Saint Georges qui est lié à la réforme protestante alors que son frère, Pontus de Saint Georges est nommé Abbé de Valence. Joachim de Saint Georges, seigneur de Couhé en 1568, participe à tous les combats contre les catholiques.

En 1569, en l’absence de Joachim de Saint Georges, les catholiques prennent le château et lors de la contre-attaque, ils y mettent le feu après avoir incendié une grande partie du bourg. A son retour, Joachim de Saint Georges profite d’une trêve pour reconstruire le château.

En 1590, Olivier de  Saint Georges s’engage à faire cesser le culte réformé et à réinstaurer la messe. En contre partie, il récupère son château et la commune de Chaunay par son mariage avec Anne Jousserand, dont la famille est catholique.

Lors de la révolution, Charles Olivier de Saint Georges qui était militaire, avant de devenir ambassadeur en Suisse suite à une blessure, préfère ne pas rentrer en France et abandonne ainsi son château. Il est considéré comme émigré et ses biens sont vendus. Les nouveaux propriétaires décident de démolir le château et de vendre les matériaux. L’intervention de l’administration du canton permet d’éviter de justesse sa destruction complète.

Le château est réquisitionné, notamment le pavillon attenant à la tour, afin d’y installer des bureaux et l’ancien donjon devient une prison.

Par la suite, le château passa de main en main avant de devenir une école en 1896, le collège Saint Martin, aujourd’hui appelé collège La Salle – Saint Martin.